Mission

Dès sa fondation, l'Ordre Antonin s'est trouvé dans un milieu non chrétien, faisant face à nombre de défis auxquels était exposée la vie commune entre les différentes religions au Liban. Cependant, les moines Antonins ont su gagner l'estime et affermir leurs relations surtout avec les Emirs druzes Abil’Lamah, aidant ainsi plusieurs d'entre eux à embrasser la foi chrétienne, notamment dans les régions de Broumana, Kornayel, Beit-Mery et Chemlane.

C'est dans cet esprit de rapprochement et de dialogue que l'Emir Abdallah Kayed Bey Abil’Lamah, grand protecteur du monastère Mar-Chaaya et ayant efficacement participé à sa fondation, a vu, par la grâce divine, ses petits-fils Ahmad et Mansour reconnaître la foi chrétienne tout en restant fidèles à leur druzisme.

A leur tour, plus tard, Bachir et Salim, fils de l'Emir Ahmad, puis Amine et Ali, fils de l'Emir Mansour embrassèrent la foi chrétienne selon le rite maronite. L'histoire relève ainsi nombre de moines Antonins qui ont réalisé leur vocation spécifique auprès des Emirs druzes et sunnites.

Bien d'autres oeuvres apostoliques - enseignement, services pastoraux, etc. - furent menées à terme par les moines Antonins et notamment reconnues par sa Sainteté le Pape Benoit XIV dans ses correspondances avec le Patriarche maronite et le Supérieur Général de l'Ordre, d'alors les invitant à soutenir l'Ordre Antonin "Considérant son efficacité et considérant ses efforts visant à affermir la foi catholique entre les fidèles et la fraternité avec les non-Catholiques".

  La Vie Communautaire