Les Martyrs Antonins

Depuis la fondation de l'Ordre, son histoire est intimement liée à l'histoire du Liban. De ce fait, les moines Antonins connurent les persécutions et les exodes et le martyre.

Durant les années 1842-1860, particulièrement sanglantes dans l'histoire des chrétiens du Liban, alors que des villages entiers tels que Beit-Mery, Salima, Zahlé, Jezzine, Deïr el-Kamar, Rachayya et Hasbayya étaient mis à sac et brûlés et leurs habitants massacrés, les monastères et les églises étaient profanés.

En 1860 également les soldats de l'armée ottomane commandée par Arnaout investissaient le monastère St. Roch à Dékwaneh et y massacrèrent quarante moines. L'Ordre des moines Antonins ne fut pas épargné non plus par les événements durs que connut le Liban durant les longues années de guerre sur son territoire entre 1975 et les années 90.
Les bombardements violents détruisirent ou endommagèrent plusieurs monastères, églises et écoles de l’Ordre aussi bien au Metn, qu’au Sud - Liban, dans la Békaa, le Nord et Beyrouth, entraînant de ce fait le martyre de nombreux moines.


  Expansion